Un retour remarqué de la syphilis en Corrèze

DarkoStojanovic/CC0 Public Domain/Pixabay
DarkoStojanovic/CC0 Public Domain/Pixabay

Et non la syphilis n’a pas totalement disparu. Au cours de ces 15 dernières années, quelques cas ont d’ailleurs été signalés ici ou là sans que cela n’inquiète vraiment les autorités. Sauf que cette fois, les chiffres sont un peu plus alarmants. En Corrèze, et alors que seuls deux cas par étaient habituellement signalés, 40 cas ont été recensés pour la seule année 2015.

Et c’est le docteur Bruno Abraham, spécialiste des maladies infectieuses au centre hospitalier de Brive, qui a tenu à donner l’alerte. C’était, il y  quelques jours à peine, au micro de France Bleu Limousin. Pour lui, et face à cette recrudescence, on parler d’une vraie “explosion” du nombre de cas.

“Les personnes touchées sont essentiellement des hommes, autour de 40 ans, avec une forte proportion d’homosexuels” a t-il d’abord déclaré. Puis de préciser que “la reprise de l’épidémie se faisait d’abord en lien avec le VIH”.

Pourquoi un tel retour ? Pour Bruno Abraham, on le doit essentiellement au relâchement dans le port du préservatif mais aussi au mode de transmission de cette infection sexuellement transmissible qui est, et peu de gens en sont visiblement conscients, beaucoup plus rapide que celui du VIH.

Heureusement une simple piqûre de pénicilline suffit pour guérir. Faut-il encore savoir qu’on est malade. Pour lever le doute, il y a le dépistage anonyme et gratuit mis en place par les hôpitaux et certaines associations comme Aides.

Et bien sûr, mais cela va s’en dire, il y le port du préservatif, seul véritable rempart contre la maladie.