Santé mentale : la dignité des malades pas toujours respectée

Maison de santé clavier doigtAlors que vient de se dérouler la journée mondiale de la santé mentale, l’OMS a tenu à rappeler combien il est important de respecter et de promouvoir la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux.

Ainsi et selon l’Organisation Mondiale de la Santé, et dans de trop nombreux cas,  ces personnes sont :

  • fréquemment enfermées dans des institutions où elles sont isolées de la société et soumises à des traitements inhumains et dégradants
  • soumises à des mauvais traitements physiques, sexuels, émotionnels et à la négligence dans les hôpitaux, les prisons, mais aussi dans les communautés.
  • trop souvent privées du droit de prendre des décisions pour elles-mêmes.
  • se voient refuser l’accès aux soins de santé générale et mentale.
  • n’ont pas accès à l’éducation et à l’emploi.
  • sont empêchées de participer pleinement à la vie de la société

Pour l’OMS, il est aujourd’hui indispensable de promouvoir les droits et la dignité des personnes atteintes de troubles mentaux. Meilleure intégration des malades dans la vie de tous les jours, respect de leur autonomie, reconnaissance de leur utilité, réformes des services de santé sont autant de pistes de travail sur lesquelles il convient de se pencher.

Avec son projet Quality Rights, l’OMS appelle à respecter l’autonomie de ces personnes et à améliorer le soutien qui peut leur être apporté.

Ce projet plaide pour l’intégration politique et sociale en travaillant de concert avec les gouvernements, les professionnels de santé, les familles et les personnes atteintes de troubles mentaux afin de garantir que les opinions de ces personnes soient entendues et écoutées au niveau politique, à celui des services et à celui de la communauté.

Il favorise une approche des soins de santé mentale visant le rétablissement. Cela implique de renforcer les capacités des agents de santé mentale pour aider les personnes atteintes de troubles mentaux à réaliser leurs espoirs et leurs rêves, à travailler, à profiter de leur famille et de leurs amis, et à vivre une vie pleine et gratifiante dans leur communauté.

Le projet Quality Rights soutient les formations aux droits de l’homme et le renforcement des capacités. Il a ainsi élaboré des programmes de formation afin de renforcer les capacités des familles et des professionnels de santé pour comprendre et promouvoir les droits des personnes atteintes de troubles mentaux, et pour changer les attitudes et les pratiques envers elles.

Le projet encourage la création et le renforcement d’un appui par les pairs et par des organisations de la société civile. Il aide les personnes atteintes de troubles mentaux et leur famille à être en contact au moyen de relations mutuellement profitables et à leur donner les moyens d’agir pour plaider en faveur de leurs droits et de leur dignité.

«Nous, les personnes ayant des problèmes de santé mentale, sommes confrontées à une forte stigmatisation et à beaucoup de discriminations. Lorsqu’on nous sommes étiquetées avoir un problème de santé mentale, on vit une déchéance sociale, en perdant nos emplois, notre prestige social et en étant isolées de notre famille et de la société.»  Sylvester Katontoka, Zambie