Un prix plancher pour les « happy hours » ?

 CC0 Public Domain/Pixabay
CC0 Public Domain/Pixabay

Plus tôt cette semaine les sénateurs ont adopté un amendement à la loi santé dont l’objectif est d’encadrer les promotions sur l’alcool. Cela concerne notamment cette nouvelle tendance connue sous le nom de “happy hours” et qui consiste à proposer des boissons à prix préférentiels, y compris de l’alcool. Le plus souvent les établissements choisissent la fin d’après-midi ou le début de soirée pour pratiquer ces ventes avantageuses.

Oui mais les sénateurs ne l’entendent pas de cette oreille et ont adopté un amendement du sénateur du Gers Franck Mautaugé (PS) qui souhaite instaurer un prix de vente plancher et ce afin de lutter notamment contre le « binge drinking », une pratique stupide et malheureusement un peu trop tendance qui consiste à devenir ivre le plus rapidement possible.

Sauf que tout le monde n’est pas sur la même longueur d’onde. C’est ainsi que certaines associations clament haut et fort que le « binge drinking » ne se pratique pas dans les bars mais plutôt dans la sphère privée ou l’espace public.

Cité par le Figaro Alexandre Leroy, président du syndicat étudiant La Fage , a notamment déclaré à ce sujet «Le risque c’est de pousser les gens à se replier davantage sur la sphère privée, là où il n’y a aucune chance de pouvoir faire de la prévention ou d’intervenir en cas de danger.»

D’autres responsables d’associations sont allés dans le même sens rappelant, si besoin en était, que l’alcool est le plus souvent acheté dans les supermarchés.

Dans tous les cas, ce sont les députés qui auront comme toujours le dernier mot.