Ces dentistes qui refusent de soigner des patients séropositifs

Mouth careL’affaire beaucoup de bruit et pour cause ! Selon l’Association Aides, un dentiste sur trois refuserait de soigner des patients séropositifs. Le chiffre précis est de 33,6% selon une enquête de type testing menée par 34 testeurs (militants de AIDES) auprès de 570 cabinets dentaires répartis dans 20 villes français.

Des pratiques discriminatoires et illégales que l’Association entend dénoncer pour faire évoluer les mentalités et faire enfin appliquer la loi puisque l’article L1110-3 du code de la santé publique proscrit toute discrimination dans l’accès à la prévention et aux soins, sous peine de sanctions civiles et pénales.

Et un premier pas semble avoir été franchis puisque le Conseil national de l’Ordre des chirurgiens-dentistes s’est s’ému profondément des conclusions de ce testing confirmant avec fermeté qu’aucune personne ne peut faire l’objet de discriminations dans l’accès à la prévention et aux soins.

Et de rappeler d’une part que les chirurgiens-dentistes sont au service de l’individu et de la santé publique et doivent soigner avec la même conscience tous leurs patients. D’autre part que les précautions thérapeutiques à mettre en œuvre sont les mêmes pour tous les patients qui doivent, tous, bénéficier d’une même chaîne de décontamination et de stérilisation.

Les chirurgiens-dentistes qui ne respecteraient pas ces principe fondamentaux et déontologiques s’exposent à des poursuites, tant devant les juridictions disciplinaires, que pénales. C’est d’autant plus vrai que le patient peut lui-même ignorer l’infection dont il est porteur.

Le Conseil national s’est déjà rapproché de l’Association Aides et lui a confirmé sa mobilisation ainsi que la mise en œuvre de toutes actions nécessaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *