« Capital » et « Enquête exclusive » du dimanche 22 Août 2021 : au sommaire de vos magazines cette semaine


ANNONCES

« Capital » et « Enquête exclusive » du dimanche 22 Août 2021. Ce dimanche soir sur M6 vous avez rendez-vous avec vos deux magazines d’information « Capital » puis « Enquête exclusive ». Egalement en replay sur 6PLAY. Nous vous proposons d’en découvrir le sommaire et les reportages.

« Capital » et « Enquête exclusive » du 22 août 2021
© Nicolas BETS/M6

ANNONCES

« Capital » et « Enquête exclusive » du dimanche 22 août 2021 : sommaire et reportages

« Capital » dès 21h05 : Villages de France, villages terroirs : à chacun son filon !

La plupart des Français a prévu de passer ses vacances d’été dans l’Hexagone cette année. Dans les zones touristiques, tous les villages de France sont bien décidés à attirer les flux de touristes et profiter du budget des vacanciers pour la haute saison ! Les plus chanceuses sont les communes qui surfent sur un monument historique, un site classé, ou une spécialité gastronomique.

Comme Espelette au Pays basque, où près de 10 000 estivaliers affluent chaque jour, attirés par la renommée de son célèbre piment. Du pain béni pour ses producteurs locaux, restaurateurs et commerçants. Le célèbre piment basque génère un chiffre d’affaires de plus de 65 millions d’euros par an ! Les communes qui n’ont pas la chance d’avoir une telle renommée gastronomique se battent avec d’autres armes.

À 40 kilomètres d’Espelette, le petit village de Guiche en avait assez de voir passer dans ses rues, sans s’arrêter, les bus remplis de touristes. Il y a quelques années, la mairie et un investisseur privé se sont lancés ensemble dans le développement d’une base nautique sur une ancienne carrière désaffectée. Bingo ! Avec ses toboggans géants, ses locations de canoés et ses restaurants, le site est devenu un spot incontournable.


ANNONCES

Même quand elles n’ont ni plan d’eau, ni monuments historiques, ni spécialités culinaires, certaines communes trouvent malgré tout le bon filon pour se faire connaître et capter le flux de touristes. Le petit village perdu d’Alise-Sainte-Reine, en Côte-d’Or, a décidé de jouer la carte de l’histoire de France. C’est dans les champs alentours qu’aurait eu lieu la fameuse bataille d’Alésia. Même si les historiens n’en sont pas certains, Alise-Sainte-Reine compte bien devenir aux yeux des touristes la cité d’Alésia. Remparts romains grandeur nature, musée gaulois bâti avec les financements de la région, reconstitution de la bataille en costumes d’époque : la commune sort le grand jeu.

Moins coûteux et tout aussi efficace, d’autres comme Laas, dans les Pyrénées-Atlantiques près de Pau, ont fait le pari de l’humour. Monsieur le maire a décidé de proclamer le site « Principauté de Laas » ; une blague potache qui fonctionne. Car depuis, les touristes se bousculent pour visiter le village, avec ses barrières douanières, son tampon de passeport payant en souvenir et son château local. Festivités et banquets arrosés font le reste !

Les équipes de Capital ont enquêté à travers la France pour vous révéler les recettes des villages de France pour vous distraire et vous faire dépenser !

« Enquête exclusive » dès 23h10 : 11 septembre : 20 ans après, le retour des Talibans

20 ans après les attaques terroristes de New York, et alors que le monde entier se prépare à commémorer l’événement, tous les regards se tournent vers l’Afghanistan, là où tout a commencé. À l’époque, Ben Laden et son réseau Al Qaida y sont protégés par les Talibans, des islamistes ultra radicaux qui dirigent le pays d’une main de fer. L’Amérique leur déclare la guerre et le régime taliban tombe en à peine trois mois.
Aujourd’hui, il n’y a plus de soldat américain sur le sol afghan. Et les Talibans viennent de reprendre le pays. Comment ce retour, qui rappelle l’une des pires tragédies de notre époque, a-t-il été rendu possible ?

D’Afghanistan aux États-Unis, du Pakistan à la France, en passant par le Qatar, les équipes d’« Enquête Exclusive » racontent l’histoire de ce groupe fondamentaliste, directement lié au terrorisme international. Elles ont rencontré de nombreux témoins qui les ont combattus mais aussi certains de leurs anciens membres et soutiens. Nos journalistes ont notamment suivi la trace de plusieurs chefs talibans, en exil à l’étranger ou dans les zones afghanes sous leur contrôle.
Un haut dirigeant nous a exceptionnellement accordé un long entretien. Son nom : Mohamed Nabi Omari. Son destin raconte, à lui seul, la naissance et la puissance du mouvement taliban, ainsi que ces vingt ans de guerre qui ont changé le monde.

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, lorsque les Talibans sont chassés d’Afghanistan, certains de leurs chefs, dont Mohamed Nabi Omari, sont capturés et envoyés à Guantanamo, centre de détention militaire de haute sécurité tenu par les Américains sur l’île de Cuba.

Retranchés au Pakistan, ou dans leurs bases secrètes en Afghanistan, les talibans contre-attaquent. Attentats, embuscades, guérillas, rien ne les arrête. Censées assurer la sécurité dans le pays, les troupes américaines s’embourbent. Peu à peu, les Talibans reprennent du terrain. Dès 2014, ils sont en position de force.

En échange d’un otage américain, cinq hauts dirigeants talibans (ex-proches du mollah Omar) sont libérés de Guantanamo après treize ans de détention. Parmi eux, Mohamed Nabi Omari. Assigné à résidence au Qatar, il n’a pas le droit de rentrer en Afghanistan. On pourrait le croire affaibli. Au contraire, il est plus puissant que jamais. Nommé diplomate, il négocie même avec les Américains dans le cadre des pourparlers de paix qui se tiennent à Doha, au Qatar, entre Talibans, Américains et Afghans. Mais sur le terrain, il n’y a plus de paix, c’est déjà la guerre.

Avec le départ des GI’S, la voie est donc libre pour les Talibans. L’armée afghane est abandonnée à son sort. Nous avons suivi Habib jeune militaire de l’armée nationale afghane dans un camp retranché. À Kaboul, les femmes, premières victimes des Talibans il y a vingt ans, sont maintenant menacées de mort, comme Rahima, juge d’instruction à Kaboul et Sabira, survivante de l’attentat de son école le 9 mai dernier.

« Capital » puis « Enquête exclusive » c’est demain soir à partir de 21h05 sur M6.

LIENS SPONSORISES


Annonces