Asthme : une réelle avancée vers un prochain vaccin


ANNONCES

L’asthme est une maladie respiratoire, chronique, en pleine progression, qui se manifeste par crises plus ou moins espacées. Il est du à une inflammation des bronches. En France, environ 4 millions de personnes en sont atteintes. Et attention, il ne s’agit pas d’une maladie bénigne. En effet, on déplore environ 2 000 décès dus à une crise d’asthme chaque année.

asthme (inhalateur)
Image par Bob Williams de Pixabay

ANNONCES

Lors d’une crise d’asthme, la personne ressent une gêne respiratoire, parfois une oppression sur la cage thoracique. Cette gêne respiratoire est sifflante : la personne est vite essoufflée si elle fait un effort. Une crise d’asthme peut s’accompagner d’une toux qui ne passe pas.

6 % des personnes asthmatiques souffrent d’asthme dit sévère. Dans ce cas, et malgré un traitement qui combine plusieurs médicaments, l’asthme n’est pas contrôlé. Les symptômes sont alors quotidiens, de jour comme de nuit. Cela devient handicapant pour effectuer les tâches de la vie quotidienne. Les crises sont plus intenses, périodiques et répétées.

On ne guérit pas de l’asthme. Entre deux crises, il peut se passer plusieurs mois, voire plusieurs années. Mais, il existe des solutions qui permettent d’améliorer la qualité de vie en faisant disparaître ou en atténuant les symptômes.


ANNONCES

Quelles sont les causes de l’asthme ?

Les causes de cette maladie sont multiples. Aujourd’hui, on sait que cette maladie dépend à la fois de la génétique et des facteurs environnementaux.

La personne qui souffre d’asthme présente un terrain favorisant cette maladie en ayant un membre de sa famille qui en est déjà atteint. C’est la cause génétique. Cependant, cette maladie n’est pas héréditaire car ce n’est pas un gène qui est la cause de cette maladie et qui se transmet de parent à enfant.

Il existe deux sortes d’asthme

* Les asthmes allergiques qui sont provoqués par des allergène tels que les acariens, les pollens, les moisissures…
* les asthmes non allergiques qui peuvent être provoqués par de multiples facteurs environnementaux tel que la fumée de tabac, les produits chimiques irritants, la pollution de l’air, les fous rires, le stress, la colère, l’anxiété…..

Comment est posé le diagnostic ?

Le médecin effectue un bilan à partir des symptômes décrits et d’un interrogatoire sur les antécédents familiaux, les habitudes de vie telle que l’activité physique, fumer…, les circonstances dans lesquelles se déclenche une crise (pendant un effort, à quel endroit on est…), si les crises sont plus intenses, plus rapprochées….

Pour confirmer le diagnostic, des tests respiratoires sont réalisés, c’est la mesure du souffle. Ces tests sont réalisés par un allergologue ou un pneumologue.

Comment traite-t-on l’asthme ?

La plupart des personnes asthmatiques prennent des traitements. Il y a deux types de traitements.

Il y a les traitements de fond qui ont pour objectif d’éviter les crises en diminuant l’inflammation des bronches. Il s’agit d’un traitement quotidien sous forme d’inhalation ou de comprimés.

Il y a les traitements de la crise d’asthme qui se prennent au début de la crise et / ou pendant la crise. C’est un traitement qui agit rapidement afin de dilater les bronches de façon à avoir un plus grand passage pour l’air.

Tous ces traitements s’obtiennent uniquement sur prescription médicale.

Les recherches

De nombreuses recherches concernent l’asthme dans des domaines étendus. En effet, des études sont menées sur la prévention de cette maladie, sur l’identification des causes, sur les relations qu’il pourrait y avoir entre l’asthme et d’autres maladies, sur la fabrication de vaccin.

Et justement, cette semaine, une avancée importante a été annoncée par des chercheurs d’un laboratoire Toulousain. En effet, ces chercheurs ont travaillé sur un vaccin contre les cas d’asthme sévère. Ce dernier doit permettre à notre corps de bloquer deux molécules de l’asthme dans l’objectif de bloquer l’inflammation. Les résultats concernant ce vaccins ont été approuvés en phase-pré-clinique. La phase pré-clinique a permis d’évaluer ce vaccin sur des cellules en cultures et sur des souris. Les résultats sur ces petits rongeurs sont vraiment prometteurs.

L’étape suivante est la phase clinique pendant laquelle, le vaccin sera testé sur l’homme et des personnes ont déjà été sélectionnées.

LIENS SPONSORISES


Annonces