Déconfinement : plus de la moitié des Français sont heureux de retourner travailler


ANNONCES

4.6
(12)

Le déconfinement approchant à grand pas, la plateforme d’interaction en temps réel Sparkup a mené une étude afin des tirer les conséquences du travail à distance. Il ressort notamment que plus de la moitié des Français sont heureux de retourner travailler le 11 mai, que près de trois quarts des sondés aimeraient obtenir plus de jours de télétravail qu’avant la crise, ou encore que 71,4% des salariés estiment que les réunions sont plus efficaces en présentiel qu’à distance.

Déconfinement
geralt/pixabay

ANNONCES

Depuis le 17 mars, et à cause du coronavirus, les Français ont dû s’adapter à une nouvelle façon de travailler, à distance. Un télétravail forcé qui a impliqué de profonds changements : plus d’échanges physiques, plus de réunions en présentiel, une gestion du management devant se faire à distance et une maîtrise d’outils digitaux rendue obligatoire. Nul doute que le confinement aura un impact durable sur la vie des salariés. Le début du déconfinement approchant à grand pas, la plateforme d’interaction Sparkup, a mené une étude afin de tirer les conséquences du confinement.

Déconfinement : plus de la moitié des Français sont heureux de retourner travailler

D’après les résultats du sondage, les Français sont heureux de retourner travailler en présentiel le 11 mai. 10,5% des personnes interrogées indiquent être « très heureuses », 44,2% se disent « heureuses », 34,9% « moyennement heureuses » et 10,5% ne le sont pas.

Psychologiquement, les sondés semblent ne pas avoir été trop perturbés par le télétravail forcé. En effet, 29,3% des Français précisent avoir « très bien » vécu cette période, 43,9% l’avoir « bien » vécu. 19,5% confessent quant à eux l’avoir « moyennement bien » vécu et 7,3% « pas bien du tout ».


ANNONCES

Après le confinement, près de 3/4 (73,8%) des travailleurs français aimeraient obtenir plus de jours de télétravail qu’avant. 45,6% souhaiteraient obtenir 1 journée de télétravail par semaine, 30,9% en avoir 2, 14,5% en voudraient 3, 7,4% apprécieraient de faire 4 jours de télétravail et 1,5% n’aimeraient faire que du télétravail.

Le travail à distance semble selon les résultats de l’enquête, ne pas avoir affecté l’implication des collaborateurs dans la vie de leur entreprise. 64,8% des sondés indiquent ainsi s’être sentis « tout à fait » impliqués dans la vie de leur entreprise. 21,1% précisent s’être sentis « un peu » impliqués. 14,1% avouent quant à eux ne pas s’être sentis « du tout » impliqués.

Côté empathie, les sondés ont le sentiment de ne pas avoir été suffisamment écouté par leur manager / directeur. Plus de la moitié des répondants (50,8%) précisent ne pas avoir eu « du tout » le sentiment d’être écoutés. 27,7% ont eu l’impression d’être « un peu » plus écoutés. Enfin, 21,5% se sont sentis « tout à fait » écoutés par leur supérieur..

La parole a été assez peu donnée aux salariés pendant la crise. 41,5% des personnes interrogées estiment ne « pas du tout » avoir pu s’exprimer ; 33,8% ayant répondu « oui un peu » et 24.6% « un peu ».

En matière de réunions à distance, les sondés se sont dans l’ensemble sentis impliqués pendant leur tenue. 45,3% précisent s’être sentis « tout à fait » impliqués / engagés en réunion, 42,2% l’avoir été « un peu » et 12,5% ne pas l’avoir été « du tout ».

Des outils digitaux qui se démocratisent

Selon les salariés français, les outils digitaux mis en place par leur entreprise pour l’organisation des réunions à distance ont été efficaces. 65,1% estiment que les services de téléconférences étaient « tout à fait » optimum, 22,2% qu’ils l’étaient « un peu » et 12,7% qu’ils ne l’étaient « pas du tout ».

Quid des réunions à distance ?

Après plus d’un mois et demi en confinement, près de trois quarts des sondés (71,4%) pensent que les réunions sont plus efficaces en présentiel qu’à distance.

Les Français sont assez mitigés sur le bilan qu’ils dressent de leur vie professionnelle depuis le début de la crise. 38,7% d’entre eux indiquent que le confinement a « complètement » changé la vision qu’ils avaient de leur métier. 21% confessent que cela a « un peu » modifié leur état d’esprit. Enfin, pour 40,3% des personnes interrogées, le confinement n’a rien changé du tout sur la perception de leur métier.

Enquête réalisée en ligne par Diffusis France pour Sparkup sur l’ensemble du territoire français via les réseaux sociaux Facebook, Twitter et Linkedin. 1131 personnes de 18 ans et plus ont répondu durant la période du 24 au 29 avril 2020.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 4.6 / 5. Nombre de notes : 12

Aucune note

LIENS SPONSORISES