Une consommation régulière de fruits de mer favoriserait la grossesse

grossesse
CC0 Public Domain /Pixabay

Difficulté à tomber enceinte ? Vous avez pourtant tout essayé ? Aujourd’hui une nouvelle étude suggère qu’une alimentation riche en fruits de mer améliorerait la fertilité et aiderait ainsi les femmes désireuses de donner la vie à tomber enceinte. Et cela ne concernerait pas que les futures mamans car c’est en fait toute l’alimentation du couple qui serait “concernée”. Les résultats complets de cette étude ont été publiés dans la revue spécialisée “Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism”.

Il en ressort essentiellement que les couples qui mangent le plus souvent ces aliments,  qu’il faut savoir consommer avec modération tout de même, auraient : des rapports sexuels plus réguliers; moins de difficulté que les autres à concevoir un enfant.

Si nous n’entrerons pas dans trop de détails, notez que cette étude a permis de révéler que 92 % des femmes consommant des fruits de mer plus de 2 fois par semaine tombaient enceinte à la fin d’une année, contre 79 % pour les autres

“Notre étude suggère que les fruits de mer peuvent avoir de nombreux avantages pour la reproduction, notamment un temps de grossesse plus court et une activité sexuelle plus fréquente” a expliqué Audrey Gaskins, principale auteure de l’étude. Et de suggérer que les fruits de mer puissent avoir des effets bénéfiques sur la qualité du sperme, l’ovulation …etc

Elle a ensuite insisté sur le fait que les femmes n’étaient pas les seules concernées. “Nos résultats montrent l’importance du régime non seulement féminin mais aussi masculin pour tomber enceinte et suggèrent que les deux partenaires devraient incorporer plus de produits de la mer dans leur alimentation pour obtenir un plus grand bénéfice sur la fertilité” a t-elle insisté.

En guise de conclusion elle a ensuite quelque peu tempéré les résultats de cette étude expliquant que d’autres facteurs biologiques entraient probablement en jeu…

Trop de poisson durant la grossesse ? Risque d’obésité chez bébé ?

Poissons et fruits de mer doivent toutefois être consommés avec modération. En 2016 une étude a révélé que pour réduire le risque d’obésité chez le bébé à naître, les femmes enceintes ne devaient pas trop manger de poisson durant leur grossesse.

Pour les scientifiques il s’agissait d’étudier les liens existants entre une consommation maternelle de poisson et la croissance de l’enfant ainsi que l’incidence éventuelle sur son poids au cours des premières années de sa vie.

Et… ? Les futures mamans mangeant du poisson 3 fois par semaine (ou plus) auraient un risque plus important – comparativement à celles en mangeant une fois par semaine (ou moins) – de donner naissance à un enfant pouvant souffrir de surpoids et/ou d’obésité à 4 et 6 ans. 

Cette étude a également permis de révéler que la croissance de ces enfants était plus élevé que la moyenne à l’ âge de 2 ans.

A noter que les résultats complets et détaillés de cette étude ont été publiés dans la revue spécialisée Journal of the American Medical Association Pediatrics,