L’homéopathie inefficace ? La réponse des homéopathes français

WerbeFabrik/Pixabay

L’homéopathie continue de faire débat. Cette semaine nous nous sommes fait l’écho d’un rapport du Conseil scientifique des académies des sciences européennes (EASAC) selon lequel il n’existe pas de preuve solide et reproductible de l’efficacité des produits homéopathiques. Et de préconiser notamment un déremboursement des produits et des services homéopathiques qui n’ont pas fait leurs preuves.

Un rapport qui a fait bondir les médecins homéopathes français via leur syndicat, le SNMHF (Syndicat national des médecins homéopathes français, ndrl). Voici le communiqué qu’ils ont adressé aux rédactions après la publication de ce rapport qui remet clairement en cause l’efficacité de l’homéopathie.

L’homéopathie contestées : la réaction des homéopathes français

Dans un avis récent, le European Academies Science Advisory Council (EASAC) dénonce l’absence de preuves de l’efficacité des médicaments homéopathiques et jette le discrédit sur l’ensemble de la pratique homéopathique. Cette conclusion, largement répercutée en Europe ces derniers jours, repose d’abord sur une sélection parfaitement contestable des recherches existantes, puis sur des assertions fausses relatives à la sécurité du médicament comme à la pratique médicale.

Dans un rapport que vous pouvez télécherger ICI (document pdf), le Syndicat national des médecins homéopathes français dénonce à son tour

• une sélection parcellaire des travaux scientifiques réalisés en homéopathie ;
• le silence sur une étude épidémiologique scientifiquement validée, de grande ampleur, menée en France, qui démontre que l’homéopathie est utile, sans danger et économique.

Il rappelle que :

• l’homéopathie, prescrite par des médecins, ne fait pas courir le risque de perte de chance aux patients ;
• la fabrication du médicament homéopathique fait l’objet de la même surveillance que celle des autres médicaments ;
• la prescription de médicaments homéopathiques en première intention, pour de nombreuses pathologies rencontrées en médecine de ville, est une chance pour notre pays surendetté et sur-consommateur de médicaments. C’est une source d’économies pour la collectivité et de santé pour les patients.