Piétons et téléphones en ville : « des comportements à risque »

CC0 Public Domain / Pixabay
CC0 Public Domain / Pixabay

GMF Assurances révèle les résultats d’une enquête exclusive réalisée par Opinionway sur les piétons et le téléphone en ville. Conclusion : de nombreux piétons et notamment les jeunes prennent des risques en utilisant leur téléphone en marchant. Pour informer et sensibiliser le public sur ces comportements risqués, GMF lance un film de prévention en 360°.

77% des Français* téléphonent en marchant 92% des jeunes* de 18 à 24 ans envoient ou lisent des sms en marchant 1 jeune sur 5 a déjà frôlé la collision avec un deux-roues ou un véhicule

*Parmi les français possédant un mobile soit 92% de l’échantillon

Des piétons qui se disent  attentifs

De manière générale, les Français, en tant que piétons, se perçoivent particulièrement attentifs aux différents dangers qui peuvent survenir en ville. Ils déclarent ainsi pour la plupart faire attention aux voitures (97% dont 60% qui se déclarent très attentifs), aux deux-roues motorisés (97% dont 53%), ainsi qu’aux cyclistes (90% dont 38%). Ils sont enfin plus de huit sur dix à déclarer prêter attention à l’environnement urbain (89%) et aux autres piétons (83%).

Mais des comportements à risque

Pourtant les piétons sont particulièrement nombreux à prendre des risques. 89% des personnes interrogées déclarent ainsi avoir déjà traversé en dehors des passages piétons, 76% alors que le feu était rouge et 66% ont déjà marché sur la chaussée ou la route plutôt que le trottoir. De même, 20% des personnes interrogées ont déjà traversé sans regarder à gauche et à droite. Ces comportements sont particulièrement le fait des 25-34 ans qui sont, par exemple, 89% à avoir déjà traversé lorsque le feu était rouge.

Téléphones et piétons, une question d’âge

L’impact du téléphone sur les comportements des Français est fortement corrélé à l’âge des personnes interrogées. En effet, si au global, 35% des piétons déclarent avoir continué leur conversation téléphonique ou envoyé un sms/mail en traversant et 25% avoir déjà utilisé un kit main libre pour téléphoner ou écouter de la musique pendant leur trajet, respectivement 75% et 61% des 18-24 ans déclarent la même chose.

Des piétons trop connectés

Parmi les français possédant un mobile (92% de l’échantillon), nombreux sont les piétons qui n’arrêtent pas d’utiliser leur téléphone en marchant : 77% déclarent passer un coup de fil et 56% envoient ou lisent des sms. Les autres fonctionnalités de leurs téléphones sont également utilisées mais de manière moins fréquente : 49% prennent des photos, 30% écoutent de la musique, 28% utilisent des applications et 24% consultent des sites d’information en ligne.
Les 18-24 ans rivés sur leur écran

Les jeunes ont une utilisation plus intensive de leur téléphone en marchant que le reste de la population : ils sont 95% à l’utiliser pour téléphoner, 92% à lire ou envoyer des sms, 65% à utiliser des applications, 79% à écouter de la musique, 65% à prendre des photos et 50% à consulter des sites d’information en ligne.

Téléphones et piétons, une liaison dangereuse

Le téléphone portable, en mobilisant l’attention de son utilisateur, altère sa perception des évènements extérieurs. Ainsi, près d’un quart des sondés, qui ont déjà utilisé leur téléphone en marchant, déclarent avoir déjà heurté un piéton, 17% du mobilier urbain (banc, abri bus..), 16% un poteau.
Ces comportements peuvent par ailleurs entraîner des situations dangereuses impliquant les autres usagers de la route, puisque 16% des utilisateurs de téléphone – 21% des jeunes- ont déjà frôlé la collision avec un cycliste ou une personne utilisant des  rollers ou skate. Plus grave, 14% des  personnes interrogées déclarent avoir frôlé l’accident et 8% déclarent s’être déjà fait renverser par un véhicule. Sans surprise, les catégories qui utilisent le plus leur téléphone sont plus susceptibles d’avoir un accident, puisque 19% des 25-34 ans et 13% des 18-24 ans ont déclaré s’être déjà fait renverser par un véhicule.

Un danger pourtant bien identifié  

En dépit de comportements à risque, 78% des personnes interrogées sont néanmoins conscientes qu’utiliser un téléphone ou un smartphone en marchant représente un danger. Toutefois, les catégories les plus à risque sont moins nombreuses à percevoir ce danger : 65% des 18-24 ans le jugent important.
Cette prise de conscience des risques encourus va enfin de pair avec le sentiment majoritaire de l’utilité d’une campagne spécifique de sensibilisation pour faire prendre conscience de ces risques (79%) et aussi pour les réduire (69%).

« La balade de Charlotte », un film en 360° pour parler prévention

Face à ces nouveaux risques (piétons et téléphone), GMF Assurances innove en utilisant une nouvelle technologie pour sensibiliser aux dangers et propose le premier film « prévention » écrit et tourné spécifiquement pour la 360°. Intitulé “La balade de Charlotte”, ce film raconte l’histoire d’une jeune fille qui multiplie les risques en utilisant son portable tout en marchant dans la ville. Utilisant le meilleur de la technologie, ce film produit, écrit et réalisé par Interlinks Image permet de vivre une expérience inédite, immersive et impactante.

Ce nouveau support permet de toucher toutes les générations en plongeant le spectateur littéralement au cœur de l’action et des dangers, facilitant le rôle de prévention. Un second film appelé « la voiture alcoolisée » sera également proposé. Ces films, disponibles sur YouTube seront présentés au public dans une centaine de salons professionnels auxquels GMF participe.

« Avec ces films, nous avons voulu créer un outil innovant qui va au-delà des messages traditionnels » explique Julie Cabuzel, Responsable Prévention de GMF Assurances. « La vidéo 360° est un nouveau média aux capacités narratives et visuelles surprenantes. Notre volonté est de faire réfléchir nos différents publics en leur faisant vivre l’expérience. Cela leur permet de percevoir directement le ou les risques au lieu de simplement les envisager ».

Enquête Opinionway pour GMF Assurances, réalisée du 20 au 21 avril 2016, auprès d’un échantillon de de 1088 personnes