Généralisation de la complémentaire santé collective : les salariés plutôt sceptiques

DarkoStojanovic/CC0 Public Domain/Pixabay
DarkoStojanovic/CC0 Public Domain/Pixabay

A un peu plus de trois mois de la généralisation de la complémentaire santé collective à tous les salariés du secteur privé (prévue au 1er janvier 2016), Swiss Life a souhaité faire le point sur le niveau d’information des salariés sur le sujet, leur perception des effets du nouveau dispositif par rapport à leur niveau de couverture santé actuel, ainsi que leur intérêt pour une éventuelle sur-complémentaire.

Acteur de référence en assurance santé, Swiss Life a donc mandaté l’Ifop pour réaliser un sondage auprès d’un échantillon national représentatif de 2 013 salariés en activité dans des entreprises du secteur marchand de 1 à 49 salariés.

Particulièrement riches d’enseignements, les résultats de cette enquête mettent notamment en lumière leur fort déficit d’information sur un nouveau dispositif de couverture santé qui va pourtant concerner près d’un employé sur deux dans les entreprises de moins de 50 salariés.

► Près de la moitié des employés des entreprises de moins de 50 salariés (47%) va bénéficier du dispositif de généralisation de la complémentaire santé collective.

► Près d’un tiers des salariés (31%) ne bénéficiant pas encore d’une complémentaire santé collective ne sait pas précisément en quoi va consister ce nouveau dispositif

► La majorité des salariés ne bénéficiant pas encore d’une complémentaire santé collective (57%) s’estiment  mal informés sur la mise en place de ce dispositif

► Toutes les TPE/PME concernées ne semblent pas encore avoir engagé le travail d’information et de concertation de leurs salariés sur le sujet

► Autre signe de ce déficit d’information, les deux tiers des salariés (65%) concernés ignorent que leur couverture collective ne couvrira pas obligatoirement leurs ayants droit

► Enfin, leur manque de connaissance sur la mise en place du dispositif transparaît aussi sur la question des conditions de résiliation de leur complémentaire santé actuelle.

► De manière générale, les salariés concernés par la mise en place du dispositif se montrent plutôt sceptiques sur son impact sur leur niveau de couverture santé

► Les salariés expriment certaines inquiétudes en ce qui concerne la gestion, la clarté et la confidentialité des informations contenues dans un contrat collectif

► Dans le cadre d’un contrat collectif, ils semblent aussi craindre une dégradation de la qualité de leur relation avec leur assureur

► Leurs inquiétudes sur le niveau de couverture offert par le futur dispositif amènent une majorité des salariés à se montrer plutôt intéressés par une sur-complémentaire

► En moyenne, les salariés seraient prêts à payer autour de 25 € par mois pour une sur-complémentaire leur permettant de compléter leur couverture santé d’entreprise

POUR LIRE LES RESULTATS DE L’ETUDE, CLIQUEZ SUR CE LIEN

Etude Ifop pour Swisslife réalisée par Internet du 1er au 6 juillet 2015 auprès d’un échantillon de 2 013 salariés, représentatif de la population employée dans des entreprises de 1 à 49 salariés relevant du secteur marchand (hors agriculture administration publique, santé et enseignement). La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession, taille salariale et secteur d’activité) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les variables de quotas ont été établies selon les données de la dernière Enquête Emploi de l’INSEE