Les étudiants en médecine sont majoritairement issus de milieux favorisés


ANNONCES

0
(0)
Pixabay/ CC0 Public DomaiN
Pixabay/ CC0 Public Domain

ANNONCES

Certains vous diront que ce n’est qu’une demi-surprise… Selon un rapport de la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques), les étudiants en médecine sont majoritairement issus de milieux favorisés.

Il en ressort notamment que l’origine sociale des étudiants de première année est marquée par une surreprésentation des classes favorisées.

Ainsi les étudiants des  classes sociales les plus favorisées sont  fortement surreprésentés par rapport aux jeunes de catégories sociales plus modestes ; trois sur dix ont des parents cadres supérieurs ou exerçant une profession libérale, tandis qu’un sur dix sont des enfants d’ouvriers.

Pour les étudiants inscrits en  PACES, ce constat est encore exacerbé :  quatre étudiants sur dix sont issus des  classes sociales les plus favorisées. Les  études en santé sont, en effet, parmi les  formations les plus clivées socialement,  derrière les classes préparatoires aux  grandes écoles où cette proportion s’élève  à la moitié.


ANNONCES

En outre, parmi les inscrits en  première année, un enfant de cadre a deux  fois plus de chance qu’un enfant d’ouvrier  d’intégrer une deuxième année, cet écart  s’élevant même à 2,5 pour les études de  médecine, alors que les chances de réussite sont comparables pour le concours de  sages-femmes. Des constats  équivalents sont établis depuis vingt ans ce qui en amène à la conclusion que l’accès aux études de médecine donne donc lieu à une sélection sociale qui opère  de façon stable dans le temps.

Noter cet article

Cliquez sur les étoiles pour voter

Note moyenne 0 / 5. Nombre de notes : 0

Aucune note

LIENS SPONSORISES