Le virus ZIKA altère bien la qualité du sperme sur le long terme

CC0 Public Domain/Pixabay
CC0 Public Domain/Pixabay

C’est désormais une certitude, ZIKA est un virus particulièrement tenace ! Comme l’avait déjà révélé une étude publiée en Août 2016, il a bien la faculté d’altérer la qualité du sperme sur le long terme. Et c’est une étude menée cette fois par les Centres Hospitaliers Universitaires de Toulouse et de Pointe-à-Pitre (Guadeloupe) qui nous le confirme aujourd’hui.

Elle a été menée auprès de 15 hommes ayant une infection par le ZIKA virus. Tous ont été recrutés au tout début de l’infection et suivis durant une période de 120 jours, à Pointe-à-Pitre, avec les prélèvements de sang et de sperme au 7ème, 11ème, 20ème, 30ème, 60ème, 90ème et 120èmejour après le début de l’infection.

Le virus ZIKA altère bien la qualité du sperme

Et les résultats de l’étude sont :

– La présence de virus est retrouvée durant un temps court dans le sérum et les urines des volontaires alors que cette excrétion peut persister dans le sperme jusqu’à 120 jours chez certains patients. Cette excrétion du virus dans le sperme s’avère donc persistante et sa détection peut être intermittente

– Trois profils de volontaires sont décrits en fonction de l’excrétion virale dans le sperme : ceux qui n’excrètent pas le virus dans le sperme, ceux qui l’excrètent en même temps que l’excrétion dans les urines ou le sang et ceux qui l’excrètent plus longtemps alors que le virus a disparu du sérum et des urines.

– L’ARN du virus est plus fréquemment et plus longtemps détecté dans le sang total que dans le sérum et l’urine. Cela montre que la recherche dans le sang total est plus efficiente que dans les urines ou le sérum pour le diagnostic.

– Les charges virales peuvent être élevées dans le sperme suite à l’infection aiguë et les techniques de préparation de sperme classiquement employées pour obtenir des populations de spermatozoïdes dépourvue de virus (« lavage de sperme »), par exemple lors de l’infection par le VIH, ne sont pas obligatoirement performantes ici. Du virus compétent a été mis en évidence dans le sperme éjaculé et dans les fractions de spermatozoïdes obtenus après préparation de sperme.

– L’infection ZIKA a des conséquences sur les caractéristiques du sperme et les hormones de la reproduction qui sont modifiées avec notamment une diminution de la quantité de spermatozoïdes dans l’éjaculat. A 120 jours tout semble rentrer dans l’ordre.

Communiqué CHU Toulouse

Zika : le virus susceptible de causer des malformations articulaires chez le bébé

Selon une étude publiée l’an dernier, le virus ZIKA est aussi suspecté d’être à l’origine de malformations articulaires chez les nouveaux-nés. Telles sont les conclusions d’une étude brésilienne menée par des chercheurs de l’hôpital Barão de Lucena de Recife et dont les résultats ont été publiés dans le British Medical Journal. Elle a porté sur les cas de 7 nouveaux-nés qui présentaient des signes d’arthrogrypose à la naissance.

L’arthrogrypose est une maladie rare ( ou un groupe de maladies rares ) , se caractérisant par des déficiences neuro-motrices et par des déformations et raideurs d’articulations constatées à la naissance. Une partie des déficiences peut être récupérée par la rééducation précoce et éventuellement de la chirurgie (source Alliance Arthrogrypose)

Après que les principales causes d’arthrogrypose aient été écartées par les scientifiques, et alors que certains enfants présentaient également une microcéphalie, les auteurs de l’étude en sont arrivés à la conclusion que ces malformations étaient probablement le fruit du virus ZIKA après une accumulation de calcium dans le cerveau.

Comme le relate Le Figaro Santé, l’hypothèse des auteurs de l’étude est que “le virus détruit des cellules du cerveau, ce qui conduit au développement de lésions où se dépose du calcium”. Ainsi, et selon leurs conclusions, l’arthrogrypose dont sont atteints les enfants serait plutôt due à une anomalie des neurones moteurs plutôt qu’aux articulations elles-mêmes.

Le saviez-vous ?

Le virus du Zika se transmet d’homme à homme par l’intermédiaire d’une piqure du moustique du genre Aedes dont Aedes aegypti et Aedes albopictus. Lors d’une piqure, le moustique prélève le virus sur une personne infectée. Après un délai d’incubation chez le moustique de l’ordre de quelques jours et à l’occasion d’une autre piqure, le moustique peut transmettre le virus à une personne saine.

Symptômes de l’infection à virus zika : Dans une très grande majorité des cas, la maladie provoque peu de symptômes ou même l’absence de symptôme. L’évolution est le plus souvent rapidement favorable avec une guérison spontanée en 2 à 7 jours.

Lorsque des symptômes apparaissent, ils sont le plus souvent de type grippal (fièvre, maux de tête, courbatures) avec des éruptions cutanées et se manifestent dans les 3 à 12 jours qui suivent la piqûre par le moustique.

Le Zika peut également se manifester par une conjonctivite ou par une douleur derrière les yeux, ainsi que par un œdème des mains et/ou des pieds. La fièvre apparaît peu élevée et transitoire.*