Vaccination contre la grippe : quand la Haute-Garonne se mobilise




Pixabay/ CC0 Public Domain /

En Haute-Garonne, et plus généralement en Occitanie, la vaccination contre la grippe saisonnière, c’est maintenant ! L’an dernier, dans cette belle région de France, la grippe a malheureusement entraîné le décès de 2 300 personnes pour un total de 21 000 au niveau national.

En Occitanie plus d’un million de personnes fragiles sont concernées et doivent se faire vacciner sans attendre. Malheureusement et selon l’ARS Occitanie, moins d’une personne sur deux (47,2%) pour qui la grippe présente un risque de complications, parfois graves, le fait.

Un taux qui a évolué à la baisse l’hiver dernier dans la région comme au plan national et qui reste très inférieur à l’objectif d’au moins 75% pour limiter le risque de circulation des virus.

Au total plus de 130 cas graves de grippe ont été pris en charge par les services de réanimation dans les hôpitaux de la région (dont 60% touchaient des personnes âgées). Près de 3 400 personnes sont passées aux urgences pour une grippe ou un syndrome grippal.

Une période hivernale qui a été marquée par une surmortalité en partie due aux complications de maladies aggravées par la grippe : toutes causes confondues, cette surmortalité hivernale est estimée à près de 2300 décès l’hiver dernier en Occitanie, selon Santé Publique France (Agence nationale de santé publique)

C’est pourquoi l’Agence Régionale de Santé d’Occitanie et l’Assurance Maladie ont mis les bouchées double dans l’espoir de convaincre les récalcitrants de se faire vacciner.  A ce titre sachez que 1 044 188 personnes de 65 ans et plus ainsi que les personnes atteintes de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, etc.) ont reçu un courrier de leur caisse d’assurance maladie les invitant à se faire vacciner. Cette lettre est accompagnée d’un bon de prise en charge à 100% du vaccin et d’un document d’information réalisé en partenariat avec la Direction générale de la Santé et Santé Publique France (Agence nationale de santé publique).

Vaccination contre la grippe : à propos de la nouvelle campagne

Cette campagne concerne plus de 12 millions de personnes pour qui la grippe représente un risque de complications parfois graves : il s’agit notamment des personnes de 65 ans et plus, celles atteintes de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple), les femmes enceintes et les personnes souffrant d’obésité morbide.

Les personnes invitées à se faire vacciner par l’Assurance Maladie sont de plus en plus nombreuses chaque année en raison du vieillissement de la population. Le nombre total de personnes vaccinées continue ainsi de progresser (+ 96 000 entre 2015 et 2016) mais il reste nettement insuffisant pour atteindre une bonne couverture vaccinale : moins d’une personne sur deux (47,4%) pour qui la grippe représente un risque s’est faite vacciner l’hiver dernier, bien en deçà des recommandations de l’Organisation mondiale de santé.

Certaines catégories de la population sont encore plus en retrait : c’est le cas des jeunes seniors (entre 65 et 69 ans) qui ne sont que 37% à se faire vacciner et les personnes atteintes de certaines maladies chroniques dont le taux de vaccination se situe à 36%, contre 56% chez les personnes de 70 ans et plus.

L’épidémie de l’an dernier a rappelé la gravité de cette pathologie dont la survenue et la dangerosité restent imprévisibles. Santé publique France a ainsi estimé la surmortalité hivernale spécifiquement liée à la grippe à 14 400 décès, principalement chez des personnes de 65 ans et plus.

En aidant à combattre le virus et en diminuant le risque de complications, la vaccination contre la grippe peut sauver des vies. Il s’agit du premier geste à adopter à l’approche de l’hiver pour se protéger soi et ses proches.

Pour renforcer cette protection, chacun doit également adopter un ensemble de mesures simples de prévention : lavage régulier des mains, limitation des contacts pour les malades, port de masque, etc. Ces « gestes barrière » une fois combinés constituent un bouclier de protection qui limite la propagation des virus et contribue à sauver des vies.
L’importance de la protection par le vaccin sera rappelée grâce une nouvelle campagne d’information, diffusée à partir du 6 octobre : spots sur les grandes chaînes télévisées pendant 3 semaines, annonces dans la presse magazine et création d’une page Facebook pour un #HiverSansGrippe.

Les professionnels de santé sont également invités à se faire vacciner pour des raisons d’exemplarité et de responsabilité, et au-delà des médecins libéraux, les personnels des établissements de santé et médico-sociaux sont également inclus dans le dispositif d’information.

Vaccination contre la grippe saisonnière : du nouveau !

Cette année, dans deux régions françaises (Nouvelle Aquitaine et Auvergne-Rhône-Alpes), des pharmaciens volontaires pourront vacciner les personnes ayant déjà eu recours au vaccin grippal l’an dernier.

Elargir ainsi le parcours vaccinal doit faciliter l’adoption de ce geste simple et protecteur qui, combiné aux autres mesures de prévention (gestes et mesures barrières) permet de freiner la circulation du virus de la grippe et de réduire les risques liés à l’épidémie.

Aucun médicament homéopathique ne peut être considéré comme un vaccin contre la grippe

L’occasion de revenir sur le coup de gueule poussé l’an dernier par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM,ndrl). Via un communiqué elle avait tenu à rappeler qu’aucun médicament homéopathique ne peut être considéré comme un vaccin contre la grippe.

Les médicaments homéopathiques ne sont pas des vaccins

Des médicaments homéopathiques avec Autorisation de mise sur le marché (AMM) peuvent avoir une indication dans la prévention ou le traitement de l’état grippal. Ces médicaments ne sont pas des vaccins.

Il existe également des médicaments homéopathiques unitaires contenant des souches homéopathiques diluées (exemple granules influenzinum 9CH) qui n’ont pas d’indications thérapeutiques. Il revient alors aux professionnels de santé d’en déterminer l’indication et la posologie en fonction des patients.

Dans tous les cas, ces médicaments homéopathiques ne peuvent être considérés comme des vaccins et se prévaloir de la désignation de « vaccins homéopathiques ». Leur utilisation à la place du vaccin anti-grippal constitue une perte de chance, notamment chez les personnes à risque de complications, comme le précise le Conseil supérieur d’hygiène publique de France.

Chaque hiver, la grippe saisonnière touche des millions de personnes en France et provoque des milliers de décès, notamment chez les personnes âgées de plus de 65 ans. L’efficacité de la stratégie vaccinale dépend à la fois de l’efficacité du vaccin et du taux de la couverture vaccinale.

L’ANSM rappelle que les médicaments homéopathiques autorisés dans les indications de prévention et de traitement de l’état grippal ne peuvent être présentés en accès libre dans les pharmacies.

[1] Avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France, section des maladies transmissibles, relatif aux vaccins anti-grippaux (séance du 24 novembre 2006).

 CC0 Public Domain/Pixabay

CC0 Public Domain/Pixabay

Les bons gestes contre la grippe saisonnière

Certaines mesures d’hygiène peuvent limiter les risques de contagion. En période d’épidémie de grippe, plus vous les respectez, mieux c’est !

– Lavez-vous les mains, si possible avec du savon liquide, en les frottant pendant 30 secondes. Rincez-les ensuite sous l’eau courante et séchez-les avec une serviette propre ou à l’air libre. Le lavage des mains doit devenir un réflexe : au minimum, avant de préparer le repas ou de manger, après s’être mouché, avoir éternué ou toussé en mettant sa main devant la bouche, être passé aux toilettes, s’être occupé d’un animal et après chaque sortie.
– Servez-vous d’un mouchoir jetable pour vous moucher, tousser, éternuer ou cracher, et jetez-le aussitôt.
-Portez un masque si vous êtes grippé, surtout pour rendre visite à une personne fragile.
– Évitez d’emmener un nourrisson dans les lieux publics où il pourrait entrer en contact avec des personnes infectées (transports en commun, centres commerciaux, hôpitaux…) en période d’épidémie.
– Ouvrez les fenêtres régulièrement pour aérer et diminuer la concentration en microbes.
– Évitez de serrer les mains ou d’embrasser pour dire bonjour.
– Ne touchez pas directement vos yeux, votre bouche ou votre nez, sans vous être lavé les mains au préalable.