Le tiers payant sera généralisable courant 2018




DarkoStojanovic/CC0 Public Domain/Pixabay

Le tiers payant sera généralisable courant 2018. Agnès Buzyn, la nouvelle ministre de la Santé, a fait beaucoup d’annonces au cours de la semaine écoulée. Elle a notamment évoqué plusieurs mesures qui sont censées entrer en vigueur dans les prochains mois. Il a notamment été question de :

– l’entrée en vigueur d’une mesure qui, à compter du 1er janvier 2018, va rendre obligatoires 11 vaccins pour les enfants (VOIR ICI);
– une énième hausse du prix du paquet de cigarettes avec un objectif de 10€ le paquet d’ici à 2020.
– un tiers payant généralisable courant 2018.

Et c’est sur cette dernière mesure que nous allons nous arrêter aujourd’hui. En juillet dernier Agnès Buzyn avait laissé entendre que ce tiers payant serait généralisé, et donc obligatoire. Ce jeudi, sur Cnews, elle a quelque peu rectifié son discours en employant le mot “généralisable” ce qui n’a bien sûr pas tout à fait la même signification.

Le tiers payant a « vocation à être généralisable (…) Le mot, c’est généralisable» a expliqué la ministre tout en expliquant qu’il n’était pas enterré.

Et préciser : “Il va se développer, dès qu’il fonctionnera. Aujourd’hui il y a une étude en cours pour voir comment, en pratique, nous pouvons faire fonctionner cet outil qui ne fonctionne pas”, mais il sera mis en oeuvre “dans le courant de l’année 2018”.

Pour la ministre, « Il faut que ce soit un système gagnant-gagnant » car il n’est pas question de « demander aux médecins de s’inscrire dans un dispositif où ils passent une journée par semaine à faire des papiers »

Aujourd’hui le terme “généralisable” change donc la donne et a de quoi satisfaire les syndicats de médecins qui ont toujours combattu cette mesure.

Le tiers-payant généralisable : réactions…

Parmi les réactions celle de la Confédération des Syndicats Médicaux Français, premier syndicat des médecins libéraux.

Dans un communiqué “La CSMF salue la clarification de la position d’Agnès Buzyn qui a affirmé que le tiers payant « a vocation à être généralisable », c’est-à-dire facultatif”.

Et de rappeler que la CSM était “attachée à un tiers payant possible et facile, mais non obligatoire, pour tout et pour tous” et que “les populations les plus défavorisées bénéficient déjà d’un tiers payant automatique avec la CMU ou CMU-C, ACS”

Rappelons que depuis le 1er janvier 2017, tous les patients peuvent théoriquement demander le tiers payant pour la partie remboursée par l’Assurance maladie. Sauf que la loi adoptée en 2016 – dans le cadre de la modernisation de notre système de santé voulue par la précédent gouvernement – ne prévoit aucune sanction pour les médecins refusant d’appliquer la mesure.