Phobie scolaire : “Il ne faut pas hésiter à retirer l’enfant de l’école”




Pixabay/CC0 Creative Commons

Phobie scolaire. En cette journée de rentrée des classes, nombreux sont les enfants à ne pas avoir envie de reprendre le chemin de l’école, du collège et/ou du lycée. Dur dur en effet de reprendre un rythme “normal” après plus de deux mois de vacances. Et si dans de nombreux cas ce “petit” caprice passe assez rapidement, il faut savoir qu’il existe aussi des cas de phobie scolaire : un trouble dont on ne soucie pas assez et qui peut parfois avoir des conséquences dramatiques tels que : isolement, désocialisation, dépression, refuge dans des addictions, suicide… (Source).

Interrogé par RMC Info Luc Mathis, le président de l’association Phobie scolaire, a tenu à évoquer ce sujet auquel il a été personnellement confronté. Pour lui il est temps de parler de ce trouble, de cette incapacité à franchir la porte de l’école pour certains enfants.

“La phobie scolaire, c’est la peur de ce qui se passe à l’intérieur de l’école. Ça peut être dû à du harcèlement, à des troubles des apprentissages, à de la précocité, à des problèmes d’anxiété, de performance…” a t-il notamment expliqué.

Puis de préciser que ces situations pouvaient générer du stress et atteindre un niveau tel que l’enfant fait un blocage.

Phobie scolaire : que faire ?

Cette phobie bien des parents ne la comprennent pas. “Quand on est parent, au début, on essaie la technique du coup de pied aux fesses” a t-il poursuivi.

Et si des solutions existent, il faut prendre selon lui le temps nécessaire pour les mettre en oeuvre.

“Il ne faut pas hésiter à retirer l’enfant de l’école, même si ce n’est pas évident. Mais c’est presque pire de les forcer à y aller. Il faut trouver rapidement un psychothérapeute ou un psychologue qui permette de mettre des mots sur la situation” a t-il ensuite expliqué. Le but étant de mieux comprendre ce qui se passe et de pouvoir prendre les mesures adéquates.

Via son site internet l’association Phobie scolaire a pour objectif d’aider, d’informer et d’accompagner les familles concernées en leur permettant par exemple d’interagir avec les professionnels de l’éducation et de la santé. Elle propose également une feuille de route destinée aux parents afin de les aider à mieux accompagner leur(s) enfant(s).

Et si selon les statistiques 2 à 5% des élèves seraient victimes de phobie scolaire, Luc Mathis estime que ce chiffre est biaisé car ne prenant en compte que les cas les plus graves. Selon lui “15 à 20% des gamins seraient à un moment ou à un autre affectés par des situations de ce type”.

Dans tous les cas n’hésitez pas à vous renseigner sur Phobie Scolaire.org, un site pour informer les parents sur ce qu’est la phobie scolaire et quelles sont les différentes options pour la traiter.

Définition de la Phobie Scolaire; feuille de route pour une meilleure prise en charge; faire reconnaître la phobie comme maladie…sont autant d’options qui vous sont proposées.