Les cigarettes, bientôt de nouveau autorisées dans l’enceinte des lycées ?




Public Domain/Pixabay/Diema

Les cigarettes vont-elles de nouveau être autorisées dans l’enceinte des lycées ? Rien n’est décidé, mais rien n’est impossible. Pour mémoire il était jusqu’à présent strictement interdit de fumer dans l’enceinte des lycées. Oui mais cela pourrait bientôt changer…

Jean-Michel Blanquer, le nouveau ministre de l’Éducation nationale, a en effet proposé de laisser la liberté aux chefs d’établissements d’autoriser ou d’interdire la cigarette dans l’enceinte de leur lycée.

Une proposition qui pourrait en choquer plus d’un et qui pourtant est une demande du SNPDEN, le syndicat des personnels de direction de l’éducation nationale. Pourquoi vous demandez-vous peut-être ? Et bien pour éviter tout simplement que les jeunes ne s’attroupent devant les établissements pour s’en griller une. Des attroupements malheureusement fréquents et qui les rends forcément vulnérables en cette période de terrorisme aveugle..

Les cigarettes autorisées dans les lycées ? Une proposition qui fait bondir

Et si certains semblent se féliciter de cette proposition, d’autres crient déjà au scandale à juste titre. C’est notamment le cas de l’association “Droit des non fumeurs” pour qui cette mesure “ne permettrait pas de répondre à l’objectif de protection des élèves, mais de surcroît mettrait directement en péril la santé des jeunes lycéens et serait en totale incohérence avec l’objectif de génération non-fumeur, affiché par le Gouvernement”

Dans un édito publié sur son site internet,  elle s’étonne d’une telle proposition alors le gouvernement s’est engagé avec force pour réduire la consommation de tabac particulièrement importante en France, notamment chez les jeunes.

Et de rappeler que le tabac tue prématurément un fidèle consommateur sur deux, et que l’industrie du tabac a fait des jeunes une cible prioritaire, avec malheureusement beaucoup de succès, puisque près de 200 000 d’entre-eux entrent dans l’addiction tabagique chaque année.

Même étonnement de la part l’association ANPAA (lutte contre l’alcoologie et l’addictologie) qui rappelle que tous les acteurs de santé publique se sont opposés à cette demande durant le précédent quinquennat.

“Plutôt que d’assouplir la lutte contre le tabagisme pour cause de risque terroriste, il faudrait plutôt la renforcer pour que les lycéens ne s’exposent pas au terrorisme en allant fumer sur les trottoirs à cause de leur addiction au tabac” écrit l’association dans un communiqué de presse.

Et d’appeler à une prise de conscience des agents de l’Education nationale. “Ils doivent être conscients de leur rôle éducatif en matière de prévention face à une addiction majeure et mortelle dont la prévalence reste très élevée chez les jeunes en France (32 % des jeunes de 17 ans fument quotidiennement)”.

Pour l’ANPAA, et plutôt que de banaliser le tabagisme en les autorisant à fumer dans les cours de récréation, il serait préférable d’aider les élèves à ne pas fumer.