Nice : 5 bébés hospitalisés pour intoxication au cannabis




CC0 Public Domain/Pixabay

Nice, Alpes-Maritimes. En une quinzaine de jours à peine, pas moins de 5 bébés ont du être hospitalisés au sein du service des urgences pédiatriques de l’hôpital Lenval de Nice pour avoir avalé du cannabis ! Oui, vous avez bien lu !

Et si les cas sont malheureusement réguliers, c’est la cadence soutenue qui a interpellé le Docteur Hervé Haas, chef du service des urgences pédiatriques du CHU-Lenval.

Interrogé par Nice Matin, ce dernier en a d’ailleurs appelé à la vigilance des parents. «Il est important de prévenir les parents, même s’ils sont eux-mêmes consommateurs, que laisser traîner des boulettes de cannabis peut avoir des conséquences importantes, allant jusqu’à l’hospitalisation» a t-il notamment déclaré.

Une mise en garde qu’il a tenu à effectuer alors que 4 des 5 bébés hospitalisés l’ont été après avoir ingéré du cannabis trouvé dans des parcs publics de la ville.

Et si aujourd’hui les 5 enfants – âgés de 1 an à 18 mois – sont tirés d’affaire, il faut tout de même savoir que l’un d’entre-eux est tombé dans le coma et a du être placé en réanimation.

Le Docteur Hervé Haas a profité de cette “série” pour rappeler que l’ingestion de cannabis pouvait entraîner des séquelles graves et irréversibles chez les enfants.

Cannabis : que préconise l’ANSM

L’ANSM attire l’attention des professionnels de santé et du grand public sur les risques que présente l’ingestion de cannabis par le nourrisson ou l’enfant.

En cas d’ingestion ou de suspicion d’ingestion de cannabis, les structures d’urgences (Samu Centres 15) doivent être immédiatement prévenues. Les principaux signes cliniques retrouvés au cours d’une intoxication aiguë au cannabis peuvent être une somnolence avec des phases d’agitation, des vomissements, des tremblements, des convulsions, une détresse respiratoire, voire un coma.

L’ANSM invite également les professionnels de santé, devant des troubles neurologiques ou respiratoires inexpliqués chez un enfant ou un nourrisson à faire effectuer une analyse toxicologique pour rechercher la présence de cannabis.

L’ANSM rappelle qu’en vertu de l’article L3421-1 du Code la santé publique la consommation de cannabis est interdite en France.