Les crèmes solaires pour enfants : de simples produits marketing ?




CC0 Public Domain / Pixabay

Et si les crèmes solaires pour enfants n’étaient que de simples produits marketing ? En clair du vent ! Pour le bien-être de nos enfants, on veut forcément le meilleur. Alors, et presque s’en nous en rendre compte, nous avons la fâcheuse tendance à céder aux sirènes des fabricants qui vous vante les bienfaits de crèmes spécialement conçues pour eux. Des crèmes estampillés “Enfants” ou “Kids” et qui sont censées beaucoup mieux les protéger. Sauf que derrière tout ça, il n’y aurait en fait que du marketing, des effets d’annonces nées de l’imagination débordante d’agences de pub !

C’est en tout cas ce qu’affirme “60 millions de consommateurs” qui, après les tests qu’elle a réalisé, affirme que ces crèmes n’apportent pas plus de protection que les autres. Et pourtant elles coûtent souvent plus cher !

Selon l’enquête menée par la célèbre association de consommateurs, les  produits solaires pour enfants offrent certes un niveau de protection élevé ou très élevé – à l’exception notable de deux produits – mais ils ne font ni mieux, ni moins bien que ceux destinés aux adultes.Et comme si cela ne suffisait pas l’association déplore la présence dans ces produits de certaines substances tels que perturbateurs endocriniens, molécules allergisantes…etc.

Dans ses conclusions 60 millions de consommateurs stipule que toute la famille peut donc utiliser la même crème solaire et que seul le niveau de protection solaire qui doit guider le choix.

Et de recommander toutefois des produis à haute ou très haute protection pour les enfants, les personnes à la peau et aux cheveux clairs, les personnes qui ne bronzent pas et/ou qui prennent facilement des coups de soleil.

Pour en savoir plus, découvrez les meilleures crèmes solaires pour vos enfants et toute la famille dans le n° 528 de 60 Millions de consommateurs (juillet-août 2017).

Il y a un an

L’an dernier à peu près à la même époque “60 millions de consommateurs” nous alertait sur ces produits estampillés “naturels” mais qui ne l’étaient au final que si peu. Petit retour en arrière donc…

Ils sont estampillés “naturels” et pourtant ils ne le sont pas tant que ça. Il faut dire que peu de gens prennent le temps d’analyser vraiment les étiquettes des cosmétiques et autres produits de beauté. Et pourtant elles nous apprennent bien des choses… Car pour séduire les consommateurs, les fabricants profitent de la tendance actuelle pour abuser de certains mentions ou pour mettre en avant certains ingrédients qui ne sont pourtant présents qu’en quantité infime.

En effet, et derrière les ingrédients “séduisants” qui sont un peu trop souvent mis en avant par les fabricants, se cache une toute autre réalité. C’est pourquoi l’association “60 millions de consommateurs” s’est amusée à décrypter ces fameuses étiquettes que personne ne regarde ou presque dans son numéro hors-série “Beauté au naturel”. L’occasion pour la célèbre association de défense des consommateurs de dénoncer certaines pratiques.

Un vrai coup de gueule de 60 millions de consommateurs qui est le fruit d’une simple analyse des étiquettes de 170 produits vendus dans les rayons hygiène et beauté des magasins. Et au final le bilan est plus que contrasté : si 59 produits ont été jugés satisfaisants, 57 ont été qualifiés de passables, et 54 contenaient un nombre excessif de substances indésirables.

Ce que déplore surtout l’association c’est que les fabricants tentent de noyer le poisson en mettant en avant sur les emballages un végétal attirant, alors que de nombreux produits n’en contiennent au final que très peu.

Parmi les exemples cités, celui des crèmes solaires… Et c’est parce que nous sommes en plein dedans que nous avons décidé de nous arrêter principalement sur ce produit actuellement au coeur de l’actualité. 60 millions de consommateurs a pris l’exemple de certaines crèmes solaires censées être « enrichies en beurre de karité et en beurre de mangue »

Sauf que le karité et la mangue n’arrivent qu’en 21e et 22e places dans la composition de ces produits. C’est très “loin derrière un nombre impressionnant d’ingrédients indésirables, dont le benzophenone-4, un filtre solaire organique suspecté d’être un perturbateur endocrinien” déplore l’association

Il y a bien certains produits qui affichent une composition sans reproche, sans aucun filtre organique indésirable et sans substances sous forme de « nanos » (nanoparticules), mais ils sont bien trop rares !

Cette “fâcheuse” tendance se vérifie aussi pour certains gels douches dont la plupart sont surtout composés “d’agents lavants irritants et de substances de synthèse”, les extraits naturels étant encore une fois relégués en fin de composition.

Or, il faut savoir que la composition se lit par ordre décroissant d’importance. Les cinq ou six premiers ingrédients déterminent le plus souvent de 80 à 90 % de la formule du produit.

Pour en savoir plus sur les ingrédients « désirables » et consulter l’intégralité des fiches sur les 170 produits étudiés par 60 Millions de consommateurs, procurez-vous le numéro hors-série “Beauté au naturel” toujours disponible. Vous pouvez le commander ou le lire en ligne en vous connectant sur le kiosque de 60 millions de consommateurs en cliquant ICI